I.S.T.

GENERALITES

Le sigle IST veut dire Infections Sexuellement Transmissibles. On connaît, à l’heure actuelle une vingtaine de virus, bactéries ou autres levures microscopiques susceptibles d’être échangés lors de contacts sexuels. Certains de ces micro-organismes ne se transmettent que par rapports sexuels (gonocoques, Chlamydia, virus de l’herpès génital...), d’autres peuvent également se développer en dehors de tout contact sexuel (virus des hépatites, mycoplasmes...).

Le délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes de ces infections est très variable, de quelques jours pour une infection gonococcique à quelques mois ou années pour une infection virale (HPV, HIV...). On peut donc être atteint d’une IST et la transmettre sans aucun symptôme.

DU SYMPTOME AU TRAITEMENT

Chez l’homme :
  écoulement anormal par l’extrémité de la verge
  brûlures en urinant
  démangeaisons à l’intérieur du canal urinaire (urètre)
  brûlures ou douleurs à l’éjaculation

Chez la femme :
  Pertes vaginales inhabituelles
  Brûlures ou démangeaisons vaginales ou vulvaires
  Douleurs lors des rapports sexuels

Chez l’homme comme chez la femme :
  Ecoulement par l’anus
  Brûlures ou démangeaisons anales
  Apparition d’une lésion inhabituelle (bouton, fissure, cloque, érosion...) sur les organes génitaux ou dans la région anale. Bien entendu, tous ces symptômes ne sont pas nécessairement liés à une IST, mais ils doivent vous inciter à consulter votre médecin ou un centre spécialisé.

Si on laisse évoluer une IST sans traitement, des complications peuvent apparaître en quelques semaines, mois ou années selon l’infection en cause :
  Atteinte des organes génitaux profonds : trompes chez la femme, prostate, testicules chez l’homme
  Diminution de la fertilité voire stérilité
  Apparition de lésions pré-cancéreuses ou cancéreuses des organes génitaux (surtout féminins)
  Complications pendant la grossesse ou pendant l’accouchement...

Par ailleurs, l’absence de symptôme n’écarte pas la possibilité d’une IST. Au moindre doute (rapport non protégé, rupture de préservatif, partenaire porteur d’une IST...), il est prudent de faire un dépistage des IST.
Pour mette en évidence une IST, des examens de laboratoire sont nécessaires.
Le dépistage HIV ne permet pas de découvrir d’autres IST.
Un bilan IST comprend :
  une prise de sang pour détecter infection HIV, hépatites, syphilis
  un prélèvement génital (vagin, urètre ou urines) pour les autres IST
  un prélèvement anal ou pharyngé en cas de rapports anaux ou buccaux (fellation, cunnilingus...)... Un certain délai doit parfois être respecté avant de faire pratiquer ces tests, Votre médecin vous donnera toutes les précisions à ce sujet.

Il ne faut jamais tenter de se traiter seul. Un antibiotique efficace sur une IST ne l’est pas forcément pour toutes...
La grande majorité des IST peut guérir simplement et sans séquelles si le traitement est précoce et bien adapté.
Si on découvre une IST chez vous, prévenez votre ou vos partenaires. Ils sont peut être atteints sans le savoir...
Enfin rappelons qu’il n’existe pas encore de vaccins pour les IST hormis pour l’hépatite B et dans quelques mois pour les HPV.
Donc la seule prévention demeure le préservatif en cas de relation nouvelle et le dépistage, au moindre doute afin d’éviter les complications et la transmission de l’infection.

Infos pratiques

logo

Paris 14

25, bd St-Jacques
 75014 Paris

Tel : 01.40.78.26.00

 Métro ligne 6 :
Glacière ou St-Jacques

RER ligne B :
Denfert-Rochereau

Bus n°21 :
Arrêt Glacière

Bus n°38 :
Arrêt Dendert-Rochereau

 lignes

Paris 11

44/50 rue Petion
75011 Paris

Tel : 01.84.17.11.00

Métro ligne 9 :
St-Ambroise ou Voltaire

Métro ligne 2 et 3 :
Père Lachaise

Bus N° 46/56/69 :
Arrêt Chemin Vert

Carte des vaccinations